CPGE>MPSI-PCSI>Témoignages

NOS ANCIENS ELEVES TEMOIGNENT…

 

Quelques témoignages de 2020

Saber  (MP*- Centrale-Supelec 2020)

J’ai fait le choix de faire une prépa MPSI car j’étais très intéressé par les sciences et notamment les maths. Et je n’ai pas été déçu. En effet, cette filière permet d’étudier les maths et la physique avec un très bon approfondissement, contrairement au lycée où on traite certains sujets de manière superficielle.

A travers son rythme intense, la prépa m’a appris la rigueur et à bien organiser mon travail et mon temps, ce qui est aujourd’hui un atout. Elle m’a permis de me développer personnellement (beaucoup de remises en question durant ces années). Être en prépa à Albert Schweitzer présentait un avantage considérable pour moi : la proximité. J’étais en effet qu’à 20 min du lycée, ce qui fait gagner énormément de temps (qui est très précieux en prépa). Les effectifs réduits permettent aux professeurs de bien suivre chaque élève pour qu’il réussisse au mieux. Les professeurs sont à l’écoute des élèves, et l’ambiance y est très conviviale, voire même familiale. Même si le rythme est très soutenu, on s’y habitue plus ou moins rapidement, et si on reste motivé, je pense qu’on peut accéder aux meilleures écoles, quel que soit notre niveau de départ (n’étant pas satisfait de mes résultats aux concours en 3/2, j’ai décidé de faire 5/2 pour atteindre mon objectif). La prépa demande quand même beaucoup d’investissement et il y a parfois des périodes difficiles, mais en restant motivé, on arrive à les surmonter.

Pour conclure, je dirais que je ne retiens que de bons souvenirs de prépa, j’y ai passé trois ans formidables qui m’ont permis d’intégrer CentraleSupélec, où je suis aujourd’hui très heureux. Je ne peux donc que vous conseiller de faire une prépa si vous êtes motivés et intéressé par les sciences

 

Eva  (PC*- Petites Mines Albi 2020)

Quand j’étais en terminale, le choix de la classe préparatoire avait été assez évident. Je n’avais pas de projet professionnel défini et j’aimais déjà beaucoup les sciences mais aussi les matières littéraires. Par ailleurs, je ne voulais pas m’orienter dans une voie très précise après le lycée et la classe préparatoire m’a paru idéale. Je pouvais avoir 2 ans de plus pour réfléchir à la suite tout en approfondissant mes connaissances dans les matières qui m’intéressaient.

J’ai donc choisi d’aller à Schweitzer pour la proximité. Ne pas avoir à faire 40min à 1h de RER tous les jours était un des arguments majeurs. Toutes les minutes que l’on peut gagner au cours de la journée sont importantes à la fois pour le travail personnel mais aussi pour se laisser quelques moments de pause lorsque ça devient nécessaire. De plus, dans ce lycée, les classes restent à taille humaine et le dialogue avec les professeurs peut donc se faire très facilement. Ils s’intéressent à chaque élève et savent s’adapter pour nous faire évoluer au mieux. Par ailleurs, que ce soit dans le domaine scientifique ou littéraire, tous les cours sont intéressants et approfondis (même s’il est vrai que ceux de chimie et de français resteront à la première place pour moi).

Au-delà, la prépa permet de mieux se connaître en termes d’organisation, de compréhension et d’apprentissage des cours, mais aussi cela nous apprend à gérer nos efforts dans la durée et à s’accorder des loisirs par moment. C’est une habitude que l’on prend au fur et à mesure des premiers jours ou premières semaines.

Enfin, un des éléments que je retiendrai le plus de mes années à Schweitzer serait que la prépa m’a permis de véritablement apprendre de mes échecs. Parce que l’on peut connaître des hauts et des bas, il faut toujours tirer le meilleur de nos moments de doute (Remettre en question sa façon de travailler dernièrement, ne pas hésiter à demander des explications supplémentaires aux professeurs, accepter de chercher à comprendre d’où viennent nos erreurs et apprendre à ne plus les répéter…) s’il on veut s’améliorer et tirer profit de chaque exercice, DM ou DS. Personnellement, c’est une des choses que j’ai trouvée la plus difficile à acquérir puisqu’en même temps, on ne cesse de voir de nouveaux chapitres en parallèle. Cependant plus on comprend nos erreurs et meilleur sera notre travail par la suite.

Je suis très contente de mes années de prépa et même s’il y a des moments plus stressants que d’autres, je garde un très bon souvenir de ces 3 ans. C’est un parcours enrichissant académiquement et personnellement. Les efforts que l’on fait portent leurs fruits si l’on  accepte de jouer le jeu et de rester motivé jusqu’à la fin. Aujourd’hui je m’épanouis dans mon école et c’est grâce à ces quelques années à Schweitzer.

S’il fallait le refaire je n’hésiterai pas c’est pourquoi je ne peux que vous conseiller de prendre part à cette si particulière aventure. »

Victor (PC* – Arts et Métiers 2020)

Au moment de choisir mon orientation durant l’année de terminale se présentaient à moi plusieurs choix, et parmi eux celui pour lequel j’ai opté: la classe préparatoire. Ce sont surtout mes professeurs de terminale qui, au vu de mes résultats et de mon profil, m’ont encouragé à m’engager dans cette aventure que je ne regrette pas du tout. Appréciant particulièrement les sciences mais également les matières littéraires, je ne savais pas précisément ce que je souhaitais faire en fin de terminale et c’est une des raisons pourquoi j’ai choisi d’aller en CPGE, qui offre un certain délai avant de s’orienter vers un corps de métier précis. Par ailleurs, j’ai fait le choix d’intégrer une classe prépa au lycée Albert Schweitzer. 

En ce qui concerne le travail, la réputation de ce cursus n’est pas infondée. Le rythme de travail est plutôt élevé et il nécessite un investissement certain. Toutefois, on apprend dans un même temps à s’organiser dans son travail et à gérer son temps libre, on acquiert une autonomie et une indépendance qui s’avèrent être d’une grande utilité lorsqu’il s’agit du travail mais pas que. De plus une fois la période d’adaptation passée, qui ne dure pas longtemps, la CPGE devient pour beaucoup, et ce fut mon cas, un plaisir. En effet, les cours dispensés sont très intéressants et donnent un aperçu assez approfondi de quelques domaines scientifiques en particulier, en l’occurrence les maths, la physique et la chimie pour moi de par ma filière PC. Les matières littéraires ne sont pas non plus délaissées et restent partie intégrante du cursus, ce qui était important pour moi. Quant au temps libre, il est vrai que la prépa occupera une majeure partie de votre vie durant ces années mais avec une bonne organisation, j’ai pu continuer à faire du sport et à sortir parfois le week-end. Le cadre du lycée Albert Schweitzer a également contribué au bon déroulement de mes deux années de prépa. 

En effet, lors de mon choix, j’ai préféré choisir le lycée AS plutôt que des prépas parisiennes peut-être plus réputées. Mon choix a naturellement été motivé par la proximité du lycée, mais également par les effectifs réduits dans les classes ainsi que l’ambiance. Certes je ne pouvais pas en être sûr avant d’y entrer, mais mes deux années n’ont fait que confirmer le fait que l’ambiance générale y est très bonne. Nous n’étions que 25 dans ma classe PC et cela représente un grand avantage en prépa par rapport au suivi que l’on peut alors avoir. Les professeurs sont à l’écoute et sont très disponibles, soucieux de nous faire progresser et s’adaptant au rythme de chacun. J’ai pu constater cela lors de la période de confinement (de mars à mai) notamment durant laquelle je préparais les concours. Les professeurs nous ont accompagnés tout au long de ces quelques mois. Ils ont fait leur possible afin que l’on poursuive notre formation et que l’on se prépare au mieux pour les concours. 

Malgré le stress que peut engendrer la prépa et notamment les notes qui peuvent ne pas correspondre aux attentes ou les échéances tels que les DMs, les DS et les concours, l’expérience de la prépa reste pour une grande majorité très positive et beaucoup garderont en plus des compétences acquises, de très bons souvenirs. On y gagne assurément en maturité et on en ressort grandi. Pour ma part j’ai intégré l’école des Arts et Métiers et je ne regrette en aucun cas ma prépa !

Ainsi, je ne peux que vous conseiller de vous orienter vers une classe préparatoire qui vous sera bénéfique à tous les niveaux, encore plus si vous la faites à Schweitzer !

 

Walid (PC* – ENSSAT Lannion 2020)

Lorsque j’étais en terminale, j’ai fait le choix d’aller en classe préparatoire car je savais que je voulais aller en école d’ingénieur et les matières scientifiques m’intéressaient beaucoup. En PCSI, j’ai pu étudier en profondeur les maths, la physique et la chimie, ce qui était l’un de mes objectifs.

Le rythme y est certes très soutenu, mais ces deux années m’ont permis de gagner en efficacité et en rigueur. La prépa m’a aussi permis d’avoir une bonne hygiène de vie et m’a appris à bien m’organiser. J’ai fait le choix d’aller au lycée Albert Schweitzer pour sa proximité, j’habitais à 20 minutes à pied, ce qui était très pratique et permettait de gagner beaucoup de temps et d’énergie, chose primordiale en classe préparatoire. L’effectif réduit par classe contrairement au prépas parisiennes (20-30 élèves par classe) rend l’ambiance de classe conviviale et une proximité se crée très facilement entre les étudiants mais aussi les professeurs. Ils sont à votre écoute et seront toujours là pour vous aider.

Au cours de ces deux dernières années, j’ai eu beaucoup de périodes de remise en question dues à la très grande charge de travail imposée, mais au final je n’ai aucun regret et j’ai adoré ces deux années. J’ai pu acquérir des connaissances dans des domaines qui m’intéressaient beaucoup tout en apprenant de mes échecs.

Pour conclure, la classe préparatoire ne peut être que bénéfique pour vous, je ne peux que vous la conseiller !

 

Quelques témoignages de 2019

 

Radwan (MP* – Polytechnique 2019)

Au moment où vous devez rentrer vos vœux dans Parcoursup, vous vous posez sans doute cette question : pourquoi la prépa ? Sachez que nombreux sont ceux qui se sont posés la question avant vous, et qui une fois lancés dans l’aventure, ont reçu bien plus de la prépa qu’ils ne l’attendaient (c’est mon cas !). Lorsque j’étais en Terminale, j’ai fait le choix d’une prépa MPSI parce que j’aimais les maths et la physique, et que je n’avais pas de projet professionnel précis. La prépa m’a ainsi permis de développer mon goût pour les sciences, la réflexion et l’expérimentation grâce aux cours, TD et TP toujours plus passionnants au fur et à mesure que l’on approfondissait les notions. Mais au-delà de l’enrichissement scolaire, la prépa permet de se construire personnellement : le rythme de travail assez intense m’a appris à m’organiser, à travailler efficacement et durablement, et à gérer mon temps entre travail et loisirs. Une fois le rythme bien intégré, on peut vraiment prendre du plaisir dans ce que l’on fait, l’important est de rester motivé et de ne pas se mettre trop de pression inutile.

Pourquoi ai-je fait le choix de Schweitzer ? Quand j’étais au lycée, mes professeurs me poussaient plutôt vers les prépas parisiennes, au vu de mes excellents résultats. Si j’ai préféré Schweitzer, c’est avant tout pour la proximité qui est essentielle (à peine 20 min de trajet), mais aussi parce que je connaissais les atouts de Schweitzer : enseignement de grande qualité, ambiance d’entraide et détendue, professeurs à l’écoute (et j’en passe !), ce qui n’est pas forcément le cas dans toutes les prépas. Les effectifs réduits des classes (20 élèves par classe en 2e année) permettent aux professeurs de s’adapter au niveau de chaque élève pour le pousser au maximum de ses capacités, notamment pendants les TD et les khôlles. Toutes les conditions sont réunies pour réussir au mieux ! La préparation optimale aux concours, qui n’a rien à envier à celle des prépas parisiennes, m’a ainsi permis d’intégrer l’École Polytechnique tout en profitant pleinement ces deux années.

Aujourd’hui, je m’épanouis à l’X, et je me rends compte que le passage par la prépa m’a ouvert une multitude de portes. Même si ça n’a pas toujours été facile, le jeu en vaut (largement) la chandelle, et je garde un souvenir inoubliable de mes années à AS, riches en émotions et en rencontres ! 


Adélèyè (PC*- Mines de Nancy 2019)

Pour commencer mon témoignage, je dirais que prépa n’est pas synonyme d’absence de vie sociale, on doit juste apprendre à organiser son temps…

En terminale je ne savais pas trop ce que je voulais faire, j’aimais bien les sciences mais  les matières littéraires n’était vraiment pas mon truc (et ça ne l’est toujours pas). J’avais une vague idée de ce qu’était la prépa (ma sœur était passée par là) et au vu de mes résultats mes professeurs me poussaient à franchir le pas. Au moment des inscriptions sur Parcoursup,  j’hésitais entre le cursus de prépa intégrée et les classiques, un choix qui a vite été évincé par la rencontre des professeurs de maths de PCSI du lycée Albert Schweitzer, et je ne regrette absolument pas ce bon conseil !

Pourquoi ai-je fait le choix de Schweitzer et pas d’une grande prépa parisienne ? Réponse : la proximité (le réveil à 7H40… que du bonheur). On pourrait penser que les Prépas de Paris permettent de  meilleures intégrations mais les profs d’AS sont excellents et les classes de petits effectifs permettent « un genre » de suivi personnalisé, les professeurs sont « sur nos dos » et font ressortir le meilleur de nous. En d’autres termes on fournit l’effort de base, les profs nous aident,  nous font progresser puis on intègre mieux que ce qu’espéré.  Je « rêvais » des Mines d’Albi et j’ai intégré les Mines de Nancy :- )

En plus, l’ambiance est top, on est loin de la compétition stressante évoqué par l’imaginaire collectif. C’est sûr que bien rire entre 2 cours bien compliqués (#Dénombrement #Thermochimie #plein d’autres choses < 3, on est quand même là pour apprendre …) ça défoule et libère l’esprit.

Enfin aujourd’hui je suis aux Mines de Nancy et je n’ai rien à envier à mes nouveaux camarades de Promo (à part certains qui ont des pulls beaucoup trop stylés). J’ai certes passé 2 années denses et intenses mais elles en valaient vraiment la peine surtout quand on analyse toutes les capacités développées en prépa (connaissances, organisation, efficacité…). N’hésitez-pas !

Jérôme (MP* – ENS Rennes 2019)
 
Les Classes préparatoires aux grandes écoles ou CPGE. Vous vous demandez peut-être ce qui se cache derrière ce nom impressionnant et obscur ? Ne vous en faites pas, j’étais dans le même cas que vous lors de mon entrée en MPSI à Schweitzer. Cela n’empêche pas que cela reste la plus grande et la plus importante expérience de ma vie.
 
Alors, la prépa, qu’est-ce que c’est ? Outre le lot de préjugé qu’elle porte, la prépa est avant tout une aventure qui en vaut la peine. La quantité de travail est évidemment plus importante qu’en terminale, ce qui nécessite de prendre certaines habitudes pour adopter un rythme convenable. On découvre le monde des kholles (interrogations orales, 2x par semaine), des DS hebdomadaires, des DMs beaucoup plus régulier, mais aussi les révisions quotidiennes du cours vu dans la journée et même les révisions de fin de semaine pour tout assimiler comme il faut ! Cependant, il est nécessaire de parvenir à concilier cela avec son bien-être, qui peut vite passer à la trappe à cause du rythme effréné que l’on s’impose pour garder le cap.
 
Et c’est une des principales raisons pour lesquelles je vous conseille Schweitzer plutôt que n’importe quelle autre prépa. En effet, si le travail demandé est tout aussi exigeant qu’ailleurs, nous jouissons d’un meilleur cadre de travail. L’esprit de compétition, qui peut enterrer certains élèves ailleurs, laisse ici sa place à un esprit d’entraide et de camaraderie qui vous aidera a apprécier ces deux (ou trois pour les plus gourmands d’entre vous qui feront comme moi !) années. De plus, les effectifs étant réduits (une trentaine d’élèves en première année et une vingtaine en deuxième année par classe), les professeurs sont plus soucieux de notre individualité et s’adaptent bien plus facilement. Dans un cursus qui tend à vous submerger et à vous pousser vers la remise en question permanente, il n’y a rien de plus précieux et rassurant que cet encadrement sans faille.
 
De plus, si vous vous trouvez proche du lycée, sachez que la proximité joue un rôle clé dans votre grande aventure. Le temps est une denrée rare (mais pas inexistante, j’insiste bien là-dessus) qu’il ne vaut mieux pas gaspiller dans les transports. Pour vous donner mon exemple, en terminale, je n’avais mis que des prépas en internat où à Schweitzer. Il est évidemment possible de réussir sa prépa en ayant 2h de transports par jour, mais ce n’est clairement pas mettre les chances de son côté …
 
Enfin, je me souviens que ce qui m' »effrayait » au moment de commencer ma prépa à Schweitzer était les échos que j’avais entendus sur son niveau. Je tiens donc à dire les choses  franchement: cette crainte était infondée. La pédagogie des professeurs en première année permet une transition parfaite entre le lycée et la prépa pour tous, tout en permettant aux  meilleurs d’aller plus loin. Quant à la deuxième année, les professeurs – parfaitement conscients des enjeux, des pièges et des astuces autour des concours – offrent une préparation idéale, adaptée à chaque élève (donc que vous visiez CCINP, les concours des Mines, les Centrales, les ENS ou l’X). Les conditions pour réussir sont optimales: si vous acceptez de jouer le jeu et de vous donner à fond pendant ces quelques années, je suis prêt à parier que vous réussirez tout ce que vous voudrez à Schweitzer ! 
 
Aujourd’hui, je suis étudiant en mathématiques à l’Ecole Normale Supérieure de Rennes, où je m’épanouis totalement. Je ne regretterais jamais ces trois années passées à Schweitzer, qui m’ont permis de devenir qui je suis. Je tiens d’ailleurs à signaler que si j’ai décidé de faire une 5/2 (une troisième année), c’est en grande partie grâce au soutien sans faille de tous mes professeurs qui n’ont jamais douté de moi et m’ont permis de me dépasser pour rejoindre l’école de mes rêves.
 
Alors, et si vous vous laissiez aussi tenter par cette aventure ? Foncez, croyez en vous, et surtout, profitez !
 
Théo (MP- ENTPE Fonctionnaire 2019)
 

En fin de terminale, il faut choisir ce que l’on va faire après. Si vous êtes comme moi et n’avez pas de projet précis, la prépa est une excellente solution pour gagner 2 ans de réflexion ! J’ai choisi la MPSI car je préférais les maths mais la PCSI et la BCPST sont aussi proposées à Schweitzer. Une fois entré en école, il n’y a plus de différence entre les élèves selon la filière choisie : il faut choisir en fonction de ce que l’on préfère !

L’utilité d’aller en prépa à Schweitzer plutôt qu’à Paris est le gain de temps du trajet (10min pour aller à Schweitzer pour ma part), qui fait une grosse différence d’un point de vue fatigue. L’enseignement est de très bonne qualité et le faible effectif dans la classe (20 en MP) est un gros avantage pour le suivi et la progression !

J’ai intégré l’ENTPE dans laquelle je suis très heureux et ne regrette pas du tout d’avoir fait une prépa ! 

Benjamin (PC* -ENSTA Bretagne 2019)

La prépa… Ces deux années peuvent faire peur, synonyme de travail intense, d’échéances et de concours et de beaucoup d’idées reçues! Heureusement la réalité est bien différente. C’est durant mon année de terminale que j’ai décidé de m’engager dans cette voie, j’avais de très bons résultats au lycée donc pourquoi ne pas tenter le coup? J’y ai passé mes deux meilleures années scolaires. la prépa ce n’est pas que des cours, des cours, des cours, TD, khôlles et TP, c’est avant tout une aventure! On n’y apprend pas que des sciences, on y apprend une méthode de travail, on y apprend à être rigoureux, droit et surtout à s’affirmer. On y développe son esprit d’équipe, la cohésion et même si elle peut être vécue par certains comme un électrochoc, à la fin de ces 2 (ou 3) années on se rend compte de la maturité que l’on a gagnée.

Pourquoi j’ai été à Schweitzer? En effet, même si APB (Parcoursup à mon époque) m’avait permis d’être admis dans plusieurs très grandes prépas parisiennes, j’ai choisi Le Raincy pour plusieurs raisons, déjà le temps de trajet est super-important en prépa, chaque minute de transport compte, donc pouvoir aller en prépa à 10 minutes de vélos de chez soi c’était royal pour moi. En plus, le niveau des prépas ça ne veut rien dire, on a une bonne école si on s’en donne les moyens, je me suis donné pendant 2 ans pour atteindre mon objectif et les enseignants qui sont vraiment à notre écoute ont rendu possible mon souhait.

C’est quelque chose que j’ai trouvé incroyable c’est justement le fait que les classes sont en petit effectifs (entre 22 et 29 étudiants) et donc que les professeurs nous connaissent individuellement et font tout pour nous aider et nous former au mieux. Par conséquent et grâce aux petits effectifs l’ambiance de classe était juste dingue, une cohésion phénoménale et surtout une entraide lors des concours qui nous a permis de donner le meilleur de nous-mêmes une fois les concours venus. Aujourd’hui je suis très heureux d’avoir fait cette formation m’ayant permis d’intégrer l’ENSTA Bretagne et de voir de quelle manière la formation à Schweitzer me permet de m’épanouir en école d’ingé.

En un mot comme en mille, foncez à Schweitzer !!! 

 

Pierre (MP* – ENAC 2019)

Lorsque je suis rentré en classe préparatoire à Albert Schweitzer, je m’attendais à un rythme de travail intense par rapport à la terminale mais il est vrai que ce rythme reste tout de même très bouleversant lors de la rentrée. J’ai assez vite compris qu’il fallait travailler, ne pas prendre du retard sur les cours ce qui implique un travail régulier – à savoir chaque soir pour digérer les cours intenses de la journée ! – et efficace. J’insiste sur ce dernier point : en effet, travailler ne suffit pas. Avoir un régime de vie sain, dormir, savoir se prendre aussi quelques moments pour soi, prendre l’air un après-midi par exemple, m’ont fait beaucoup de bien. Tout dépend de la personnalité finalement. Il faut apprendre à se connaître, gérer son stress lors des khôlles, accepter de ne pas pouvoir tout faire tout le temps et surtout travailler pour soi – même : on est seul devant sa copie aux concours, personne ne viendra nous aider !! La prépa se doit d’être un choix personnel. Lorsqu’on s’y engage, on sait que l’on va travailler durement pendant 2 (ou 3) ans mais la fin justifie grandement les moyens !

Aussi, préférer la proximité de la classe préparatoire au lieu de son soit – disant ‘niveau’ est selon moi un choix judicieux. Les transports sont sources de fatigue, stress et peuvent être une grosse perte de temps. Étant à 5 minutes à pied du lycée AS, il est vrai que j’ai gagné beaucoup de travail, ce n’est pas un avantage négligeable. Cette prépa n’a rien à envier aux classes prépas parisiennes. J’ai toujours eu des profs géniaux, qui sont tous soucieux de notre réussite et qui ne travaillent pas pour les statistiques d’admission (ce qui est très agréable) ! En outre, en MP*, nous étions 20 en classe ce qui est moins de la moitié des CPGE parisiennes. Je vous laisse alors imaginer le temps que peut passer un professeur pour chacun de ses élèves !

J’ai intégré cette année l’ENAC – École Nationale de l’Aviation Civile (concours CCINP) – et il est vrai que le rythme de travail est beaucoup moins intense. Il suffit de suivre un minimum en cours et de réviser façon prépa un peu avant les partiels et le tour est joué. De plus, la vie associative prend une grande place dans l’école et ce n’est pas la diversité des ‘assos’ qui manquent !

Finalement, si vous choisissez une classe préparatoire, je peux vous donner un seul conseil et ceci quelle que soit la classe préparatoire intégrée voire même peu importe la filière envisagée : lorsque vous travaillez, enlever le portable de votre champ de vision est l’une des clés d’un travail efficace et d’un gain de temps considérable !

En vous souhaitant du courage et de la persévérance. Croyez en vous !

Quelques témoignages de 2018

 

Marilou (PC* – Mines Albi 2018)

Quand j’étais au lycée j’ai choisi d’aller en prépa car, aimant beaucoup les sciences, je voulais devenir ingénieure mais je ne savais pas trop dans quel domaine. Comme la prépa nous forme pour passer des concours qui débouchent sur un grand nombre d’écoles et aux spécialités diverses c’était pour moi la voie qui allait m’ouvrir le plus de portes.
L’argument majeur qui m’a poussé à aller au lycée Schweitzer est la proximité. En effet être à 5min de chez soi est un atout considérable en prépa puisqu’on économise tout le temps et l’énergie précieuse qu’on aurait perdus dans les transports. Je suis très contente d’avoir fait le choix de ce lycée car j’y ai trouvé une super ambiance, des élèves qui s’entraident et se poussent entre eux à rester motivés mais surtout des profs motivés, motivants et très investis dans la réussite de chacun d’entre nous.
La prépa, c’est deux années assez difficiles car la charge de travail est très importante et on peut vite se laisser déborder par la vitesse à laquelle les cours avancent mais ce sont aussi des années uniques durant lesquelles on apprend beaucoup sur soi, on mûrit et on fait des rencontres pour la vie. Malgré la difficulté des cours, ceux-ci sont souvent très intéressants quand on aime les sciences, de plus les TP m’ont beaucoup plu, on découvre plein de nouveau matériel et on fait des manipulations surprenantes.
Cependant il était important de pouvoir me défouler régulièrement et le fait d’avoir un peu de temps, étant proche du lycée, j’ai pu faire un cours de zumba par semaine ce qui me permettait de m’aérer l’esprit.
Je suis aujourd’hui dans une école d’ingénieur qui me plait beaucoup, où je m’épanouis complétement. Sans la prépa je n’aurais pas pu intégrer cette école.
Finalement, la prépa c’est deux ans difficiles mais qui valent tellement la peine quand on considère les débouchées, les capacités acquises (connaissances, organisation, efficacité, charge de travail…), les rencontres et la progression personnelle.

Tom (MP* – ISAE-Supaero 2018)

Lors de mon année de Terminale, je n’avais aucune idée de la voie que je voulais emprunter dans mes études supérieures, aucun projet précis. Puisque j’avais de bons résultats, mes professeurs m’ont conseillé d’entrer en classe préparatoires pour me donner deux années supplémentaires de réflexion sur ma spécialisation. J’ai donc suivi leur conseil, et ai intégré en 2016 une prépa MPSI (Maths, Physique, Sciences de l’ingénieur) au lycée Albert Schweitzer.

Il est vrai que les classes préparatoires demandent un investissement à 100%, une dose de travail conséquente pendant 2 années et surtout de la motivation. Il vous sera demandé (et c’est là que réside toute la difficulté de la prépa) d’apprendre une quantité importante de choses sur un temps finalement assez réduit. Mais pas d’inquiétude, les professeurs seront là pour vous accompagner et pour vous aider à donner le meilleur de vous-même.

Un atout majeur de la prépa du lycée AS est que les classes sont à effectifs très réduits (à titre d’exemple, nous étions 17 dans ma classe de MP*, là où les classes de certains lycée parisiens affichent des effectifs de plus de 45 élèves). Cet avantage est non négligeable, un effectif réduit permet aux professeurs de connaitre leurs élèves et par conséquent de s’adapter au niveau de chacun : ils pourront faire passer les meilleurs élèves sur des exercices plus compliqués en TD ou en Khôlle dans le but de les préparer aux plus grands concours, et  proposer des exercices plus classiques aux élèves plus fragiles pour ne pas les mettre en difficulté.

Je suis très content d’avoir effectué mes deux années au lycée Albert Schweitzer, j’ai eu – aussi bien en MPSI qu’en MP* – des professeurs géniaux, qui m’ont très bien préparé aux différents concours et permis d’intégrer une école dans laquelle je m’épanouie aujourd’hui totalement.

Alors n’écoutez pas les clichés sur la prépa, foncez, donnez simplement le meilleur de vous-même et vous réussirez !

Jade (PC- Lorraine INP-ENSIC  2018)

On a beaucoup d’a priori sur la prépa de manière générale. Beaucoup d’élèves ont peur de ne pas suivre le rythme, de ne pas être capable de travailler autant. Mais il n’y aucune raison pour. Je n’avais jamais vraiment travaillé avant la prépa et j’avais peur de ne pas être à la hauteur. Comme depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être ingénieur, j’ai donc franchi le pas. Et je ne regrette absolument pas.

Etonnement, la prépa fut mes meilleures années scolaires. J’ai appris à travailler, à me faire plus confiance. J’ai découvert que j’étais capable de travailler et de progresser, chose encore inconcevable pour moi quand j’étais au lycée.

Si j’ai choisi d’aller en prépa au lycée Albert Schweitzer, c’est pour d’une part la proximité mais surtout pour l’ambiance générale. Les élèves s’entraident. On est tous dans le même bateau et on essaie donc tous de s’améliorer ensemble. Les professeurs nous aident également que ce soit par des exercices ou DS personnalisés ou juste par un soutien moral. Bien souvent, ils nous donnent le petit coup de pouce juste nécessaire pour qu’on s’améliore et pour survivre à cette pression que l’on se met bien souvent soi-même.

            En effet, même si ces années furent enrichissantes avec le recul, je ne vais pas vous mentir en vous disant que ce fut facile. On a beaucoup de travail et on a parfois à faire quelques sacrifices. Mais ce sont des sacrifices nécessaires. Je suis maintenant dans une école merveilleuse qui m’ouvre des portes que je n’aurai jamais cru pouvoir atteindre avant. Je suis maintenant épanouie dans une école qui me plaît et surtout dans un domaine qui me plaît. J’ai toujours adoré les maths et la chimie mais je n’avais jamais cru en faire ma spécialité. On pense souvent que a physique est a base de toutes les écoles. Certes, on en fait encore un peu mais c’est un outil nous permettant de répondre à de vrais problèmes. On se rend ainsi compte que tout ce qu’on fait à un but.

 La prépa nous permet de prétendre à des écoles dans des domaines très variés. Elle est une étape difficile mais pas insurmontable. Il faut voir après celle-ci. Ce sera un parcours pas facile mais il en vaudra entièrement la peine.

Quelques témoignages de 2017

 

Mourtaza (PSI – ENSTA Brest cursus militaire 2017)

Pour ceux qui ont des doutes quant au fait de passer par les classes prépas, qui voient ces années comme des années perdues, de désociabilisation, je réponds que ces années seront ce que vous en ferez. Vous serez justement forcés d’apprendre à gérer votre temps et à vous organiser entre travail, repos et loisirs. Tout ceci est très formateur et vous vous remercierez d’avoir fait ce choix plus tard, une fois en école et même plus tard dans votre poste. De nombreuses portes vous seront ouvertes, dans une immense variété de domaines selon vos goûts, que vous ne connaissez peut-être même pas encore. Les seules conditions sont : avoir la motivation et la volonté d’y arriver, et accepter de fournir le travail nécessaire pour cela.

Je suis content d’être allé à Schweitzer car c’est un établissement à taille humaine. En effet, pas de classes à cinquante où vous êtes juste un taupin fondu dans la masse. J’en retiens en tout cas une excellente ambiance générale de classe, et une très bonne relation avec les professeurs. Avec le recul, je ne pense pas que j’aurais mieux réussi depuis d’autres prépas à priori mieux classées, et ce pour deux raisons. La première est qu’à niveau égal de travail fourni, il n’y a pas de raisons de mieux réussir en étant dans un établissement plutôt qu’un autre. La deuxième est que la pression parfois imposée dans certaines de ces prépas peut s’avérer contre productif (attention, n’en faites pas une règle générale). Retenez simplement que peu importe l’établissement, c’est votre propre investissement qui fera vos résultats.

Aujourd’hui j’ai intégré une formation qui me permettra à court terme d’être ingénieur dans l’armée, très difficile sans un passage prépa. J’écris ce témoignage depuis un stage dans une unité de la Marine Nationale, et je suis plus que satisfait d’être allé à Schweitzer, toutes les portes vous sont ouvertes.

Joseph (PC*- Centrale Lille  2017)

 La prépa est souvent vue comme une prison qui force les élèves à vivre deux ou trois ans sans voir la lumière du jour. Il y a certes du boulot et un certain rythme à tenir, mais pour ma part, j’ai d’excellents souvenirs de mes trois années de prépa. Les classes à faibles effectifs de Schweitzer permettent de belles rencontres mais aussi un accompagnement extrêmement poussé de la part des professeurs.

Je suis arrivé après plusieurs années de déscolarisation (sportif de haut niveau) avec de grosses lacunes et je m’en suis sorti avec une école Centrale. Ceci est donc la preuve que les grandes prépa parisiennes ne sont pas la seule option. Les professeurs de Schweitzer sont géniaux, à l’écoute et sont prêts à tout pour vous aider à condition que vous soyez motivés!

En bref, la prépa va vous permettre d’apprendre beaucoup de choses intéressantes, d’intégrer de grandes écoles, d’avoir un véritable atout sur votre CV afin d’atteindre vos objectifs. Et la prépa de Schweitzer est à mon goût parfaite pour vous permettre cela!

Eloi (MP* – Centrale Lyon 2017)

Durant mon lycée, je n’ai jamais réellement su ce que je voulais faire plus tard : je suis allé dans la filière S car je n’étais pas trop mauvais en maths et en physique (et que les autres filières ne m’attiraient pas) mais au moment de l’intégration post-bac je ne savais vraiment pas quoi faire de mon avenir (il y a énormément de possibilités, entre fac, médecine, prépa, ou autres), je suis donc allé en prépa MPSI dans l’optique de repousser le jour où je devrais me spécialiser

Je n’ai alors eu aucun regret quant à ce choix. En effet, certes la prépa n’est pas la filière offrant le plus de temps libre, mais elle permet d’apprendre à gérer son temps et à devenir de plus en plus efficace dans son travail pour se ménager un peu de temps libre ! Aller en prépa, c’est très formateur. On est amené à mettre en place des méthodes très utiles par la suite.

Par la suite, la prépa ouvre de nombreuses issues, il y a beaucoup d’écoles accessibles par les concours (ou même avant par certaines passerelles), et les domaines de chacune de ces écoles peuvent être très variés. C’est ensuite ton taux de détermination et la quantité de travail fourni qui te feront  atteindre tes objectifs. Ce n’est pas parce que on n’est pas dans les « meilleures » prépas qu’on ne peut pas atteindre les « meilleures » écoles (on est seul acteur de son avenir !).

Pour ma part, je suis vraiment content d’être allé à Schweitzer . C’est un établissement qui permet un peu de garder la même ambiance qu’au lycée et qui ne ressemble pas aux caricatures des prépas parisiennes : on est une trentaine par classe, voire une vingtaine en MP*. Ces effectifs facilitent un accompagnement personnalisé par nos professeurs indispensable pour réussir !

Aujourd’hui je suis parvenu à intégrer une école que jamais je n’aurais imaginé intégrer initialement ! Rien n’est impossible, Schweitzer nous donne largement les moyens de parvenir à ce que l’on désire, il suffit d’y mettre toute sa motivation ! Je ne regrette vraiment pas ces deux années difficiles!

Maurine (PC*- ENSCM Chimie Montpellier  2017)

Je suis vraiment très heureuse d’avoir effectué mes deux années de prépa à Schweitzer! C’est très enrichissant de devoir apprendre à s’organiser et de faire tout ce que l’on peut pour arriver à notre but! C’est d’ailleurs un atout important sur le CV car les employeurs sont conscients du sérieux et de l’organisation nécessaire pour réussir en prépa.
 
Les effectifs étant à taille humaine, j’ai pu trouver à Schweitzer un soutien auprès de mes professeurs ainsi que de mes camarades. Les professeurs sont très disponibles, s’adaptent au niveau de chacun et sont exigeants comme il le faut pour nous permettre d’atteindre nos objectifs. Il y a une forte et permanente entraide entre les élèves, ce qui m’a été très bénéfique. C’est grâce à cela que, malgré le rythme intense, j’en garde un très très bon souvenir et de très bons amis. Je n’hésiterais pas une seconde à refaire exactement le même choix de prépa si c’était à refaire.
 
Sans oublier que le fait d’être à proximité de ma prépa m’a permis de ne pas perdre de temps inutilement dans les transports et de me coucher plus tôt le soir.
 
En résumé, ma prépa à Schweitzer, ça a été du travail, de belles rencontres et une réussite!
 
 

Guillaume (PSI – ENGEES 2017)

Pourquoi faut-il se laisser tenter par la prépa ? Tout simplement parce que si certains réussissent, pourquoi pas vous ? La prépa permet d’accumuler un grand nombre de connaissances en peu de temps et façonne ainsi votre méthode de travail pour l’avenir. De plus, Schweitzer a l’avantage d’avoir un environnement agréable et des effectifs limités dans chaque classe ce qui n’est pas forcément le cas d’autres lycées parisiens. Dans mon cas, le temps de transport a représenté un argument décisif et m’a permis d’éviter une perte de temps et une fatigue non négligeable.

On entend souvent parler de la prépa comme étant une classe difficile mais il ne faut pas se décourager par cette première image. En effet, cette période nous impose un rythme de travail soutenu dans des matières variées ce qui nous amène à bien gérer notre temps de travail tout en conservant des moments pour nos loisirs. Même si les premières notes reçues peuvent être basses, il ne faut pas se laisser déstabiliser, continuer de travailler et se concentrer sur la compréhension des cours. A force d’entrainement et grâce aux conseils de vos professeurs, vous allez finir par voir les techniques qu’il vous manquait pour finir un exercice et ainsi obtenir des résultats encourageants.

Grâce à ces années à Schweitzer, j’ai pu intégrer cette année l’école de mon choix où j’ai le statut de fonctionnaire de l’état. Je suis ainsi sous contrat avec l’état pendant 8 ans et ai ainsi l’assurance d’avoir un poste dès la fin de mon cursus.

La prépa représente donc une expérience unique et enrichissante que je conseille à tous !

Quelques témoignages de 2016

Chiraz (PC- ESTP BT 2016)

 Le cadre de vie et les professeurs du lycée, sont les atouts de Schweitzer. C’est bien pour ces raisons que j’y ai passé 5 belles années de lycée puis de prépa ! Après une bonne voire très bonne TS on veut tous une prépa parisienne bien réputée, mais les critères de bases ne doivent pas être la réputation et le classement de la prépa mais la proximité et les conditions de travail ! En voiture j’en avais pour 15min matin et soir… pas de stress des transports, et je pouvais me permettre de dormir plus (quelle chance en prépa !) les effectifs de classe étaient largement acceptables et avoir l’attention des professeurs nous aide réellement à progresser.

J’ai toujours été passionnée par le BTP et je souhaitais intégrer l’école de référence dans ce domaine : l’ESTP. J’ai eu mon premier vœu en spécialité travaux publics. Je me retrouve dans une promo de 250 élèves où un très très très grand nombre vient de prépas parisiennes (Saint Louis, Louis Le Grand, Ginette, Janson de Sailly, Fénelon, Chaptal et j’en passe !) et de très bonnes prépas de province.

Tout ça pour dire que je ne garde que de très bons souvenirs de Schweitzer !

Sirine (MP*-ESPCI 2016)

J’ai passé deux merveilleuses années de prépa au lycée Albert Schweitzer. Oui, vous avez bien lu, merveilleuses !

La prépa, au contraire de ce que l’on peut entendre n’est pas forcément un enfer, ni même le bagne. Je ne mentirai pas, on travaille c’est sûr, mais on apprend tellement de choses ! Sur nous même d’abord : on finit par mieux se connaître, nos limites et nos envies.

Le fait est qu’à Schweitzer nous n’étions pas bousculés par le nombre, à peine une trentaine par classe. Les professeurs étaient donc à notre écoute et arrivaient à s’adapter au niveau de chacun. Ils étaient tous remplis de bienveillance, tels des coachs qui entrainent leur équipe pour leur faire gagner les Jeux Olympiques. Le but était vraiment de nous tirer vers le haut ! Alors c’est sûr il y avait quelques remontrances parfois lorsque le cours n’était pas appris, les DMs non faits, mais jamais de l’écrasement moral, jamais. Et c’est peut être ça qui m’a le plus plu : à Schweitzer on nous laissait grandir à notre rythme. De plus j’ai eu la chance d’avoir une place à l’internat Voillaume, un autre lycée à 20min, je ne perdais donc pas de temps dans les transports et j’y ai rencontré de formidables personnes. Et c’est aussi rassurant de travailler en groupe les veilles de DS et de se dire que l’on n’est pas tout seul dans le bateau.

Vous l’aurez compris, la prépa c’est toute une expérience et ce n’est possible qu’une fois dans sa vie. Laissez-vous tenter !

Antoine (PSI- Phelma 2016)

J’ai décidé de faire une prépa scientifique pour aller encore plus loin dans les sciences. Après une hésitation de très courte durée, j’ai choisi d’aller  à Schweitzer car j’habitais à 3 minutes du lycée (la distance entre sa prépa et son lieu de vie est primordial, notamment pour le sommeil !) et je ne regrette pas ce choix ! Les classes sont à taille réduite ce qui permet de mieux suivre les cours et d’avoir un contact direct avec les enseignants qui sont, pour la très grande majorité, très investis et impliqués dans leur travail. L’ambiance est aussi très bonne avec beaucoup d’entraide entre les élèves. J’ai fait la filière MPSI puis PSI et la qualité des cours et de l’ambiance générale m’ont permis d’avoir de très bons résultats au concours ( admissible aux grandes mines, à centrale et aux ccp ) mais surtout d’obtenir l’école que je désirais: Phelma. Alors même si c’est dur et que c’est sûr qu’il faut s’investir à 300%, la prépa permet de progresser énormément en sciences mais aussi dans la rigueur et les méthodes de travail. Mais surtout, la prépa permet de se connaitre soi-même et de se surpasser.

Alors si vous aimez les sciences et que vous êtes prêts à tout donner pour faire le travail que vous aimez, n’hésitez plus !

Tanguy (PC*- Supelec 2016)

La prépa est non seulement la porte d’entrée aux grandes écoles d’ingénieur mais aussi un atout sur un CV. Tous les employeurs y voient l’assurance d’une fiabilité à toute épreuve ainsi qu’une base de compétences très solide. Ce cursus demande certes une capacité de travail importante mais ces deux années seront largement rentabilisées tout au long de vos études et de votre carrière professionnelle.

Le lycée Schweitzer a certains avantages devant d’autres prépas parisiennes : les effectifs de classe sont à taille humaine, les professeurs plus proches et enclins à vous aider !

Thomas (MP*- ENAC 2016)

J’ai été élève à Schweitzer pendant 5 ans (pré-bac + post-bac). J’ai choisi la filière MPSI et eu la chance d’aller en MP* (2 ans puisque j’avais décidé de faire 5/2). Le lycée regorge d’enseignants compétents dans le domaine du pré-bac, ce qui avait permis à beaucoup de camarades de ma promo de terminale (et peut être à vous jeunes lycéens qui lisez ce témoignage) d’obtenir la mention Très Bien. Si vous avez apprécié cette qualité d’enseignement, alors je vous conseille, fortement, d’aller en prépa à Schweitzer…

En effet, après avoir parlé avec mes actuels camarades en école d’ingénieur, Schweitzer n’est pas une prépa comme les autres. Elle n’est pas célèbre pour le nombre d’élèves qui rentrent à l’X comme Henri IV ou autre Louis Le Grand. C’est vrai, mais ce n’est pas ce qui fait pas sa faiblesse, c’est au contraire ce qui fait sa force. Car oui, dans cette prépa, vous évoluerez dans des classes à petits effectifs, ce qui permet aux enseignants de s’impliquer beaucoup plus personnellement avec les élèves. Il y a aussi l’esprit de camaraderie, où les élèves s’entraident lorsqu’il y a quelques difficultés. De plus, si vous avez choisi Schweitzer comme lycée, c’est sûrement que vous en êtes proche. Et avoir une prépa de proximité va vous faire gagner un temps très précieux (et vous verrez qu’en prépa comme en école d’ingénieur, le temps est une denrée rare).

Concernant mes trois années de prépa, j’en garde principalement un très bon souvenir. Vous dire que mes 3 années de prépa ici ont été un long fleuve tranquille serait vous mentir : mais vous dire qu’elles ont été un enfer sur Terre serait vous mentir également. Evidemment que j’ai dû travailler de longues heures, semaine après semaine, me prendre des tôles en DS les samedis matin, stresser pour les khôlles… Mais, et c’est le point fort que vous devez retenir de cette prépa, c’est que même en étant quelqu’un de pas spécialement doué pour les matières scientifiques, vous avez vos chances. En MPSI et en MP*, j’ai eu la chance d’avoir des professeurs extrêmement compétents (et je pèse mes mots) qui m’ont non seulement poussés hors de mes limites mais qui m’ont accompagné sans relâche jusqu’aux portes de mon actuelle école d’ingénieur : l’Ecole Nationale d’Avion Civile, où je prépare actuellement mon brevet de pilote privé. C’est pourquoi si je devais refaire mes années de prépa, je les referai dans le même lycée, avec les mêmes professeurs. Ce sont trois années qui, même si elles sont passées à une très grande vitesse, resteront comme un moment clé de ma vie, où j’ai su repousser mes limites, tant sur le plan intellectuel que physique. Jamais je ne regretterai d’être passé par ce lycée pour la prépa.

Finalement, si vous, jeunes lycéens, décidez d’intégrer la prépa de Schweitzer, tout est calibré pour faire de vous des étudiants hors pairs, avec rigueur et connaissances. Le seul paramètre qui fera de vous un futur ingénieur : c’est vous !

Quelques témoignages de 2015

 

Matthias (PC*- ENS Cachan 2015)

Je suis très content d’être allé au lycée Albert Schweitzer pour faire ma classe prépa car cela m’a permis de rester chez mes parents et d’avoir peu de trajet à faire. Cette proximité m’a évité de perdre du temps dans les transports et la fatigue qui va avec. En conséquence, j’ai pu investir tout ce temps et cette énergie dans mes révisions et l’apprentissage de mon cours afin de mieux réussir mes concours, ce qui s’est bien concrétisé!

Tout cela dans une ambiance détendue, je suis donc allé à mes épreuves sans stress. J’étais également entouré d’une bonne équipe pédagogique, très investie, au point même de se soucier de mes formulations et de ma police d’écriture ! Ce qui était possible grâce à un effectif de classe bien plus faible que la moyenne des classes préparatoires, leur permettant de mettre en place un suivi quasiment individuel. J’en retiens donc un agréable souvenir ainsi que beaucoup de bons moments entre amis avec qui j’ai gardé contact.

Alexandre (MP*- Sup Otique 2015)

Après trois sympathiques années d’études pré-bac au lycée Schweitzer (le cadre du lycée, avec son parc et son lac, et une équipe pédagogique compétente sont ses principaux atouts), nous avons décidé avec quelques camarades de TS d’y effectuer notre prépa, en filière MPSI. En effet, nous ne voulions pas perdre 2h par jour dans les transports (le temps est très précieux en prépa!) et nous connaissions déjà certains profs de prépa (via la préparation au concours général).

A titre personnel je suis très satisfait de mes trois années de prépa à Schweitzer puisque les profs y sont extrêmement compétents et dévoués, le tout couplé à des classes à effectifs humains-grosso modo 20 à 35 élèves- permettant ainsi à chacun de donner le meilleur tout en profitant d’un encadrement exceptionnel. A titre d’exemple, mon prof de Physique de MP* a dû passer au moins 100 heures avec moi pour mon TIPE (c’est un TPE, mais en plus gros !) : conférence, contact des chercheurs, explication de la théorie (jusqu’à 23h du soir parfois…au téléphone !), ce qui n’aurait sans doute pas pu être possible avec une classe de 45 élèves. Toujours dans la même idée, l’enseignement des TP se fait aussi en effectif réduit, avec une équipe Labo’ très présente, tout comme les TDs où ceux qui ont le plus de difficultés peuvent suivre et les autres prendre de l’avance. De nombreux exemples d’élèves souhaitant intégrer les meilleurs écoles (X, ENS…) existent et prouvent que chacun a sa place à Schweitzer. Encore une fois, des classes très réduites et des profs très présents permettent à chacun de préparer au mieux le concours qu’il vise.

Finalement, j’ai pu intégrer l’Institut d’Optique sur le concours Centrale-Supélec, être admissible au concours des Mines et réaliser une très bonne performance sur le concours CCP. J’ai par ailleurs gardé de très bons contacts avec mes professeurs du lycée Schweitzer, que j’ai quitté avec un petit pincement au coeur!

Louise (PC*- Chimie ParisTech 2015)

J’ai été très heureuse de mes deux années passées à Schweitzer. Elles n’ont pas du tout été le traumatisme auquel on s’attend en allant en prépa. Certes, il y a beaucoup de travail, mais finalement on stresse très peu à partir du jour où on arrive à le rendre régulier.

J’ai choisi Schweitzer car cette prépa de proximité me permettait de rester chez moi, donc d’avoir le soutien de mes proches et de limiter mon temps de transport, ce qui permet d’optimiser l’énergie et le moral ! J’ai passé deux ans agréables, avec une bonne ambiance, un très bon soutien de mes professeurs, très investis, et une motivation suffisante pour intégrer mon premier choix d’école : Chimie Paris Tech !

Baptiste (MP- Ensimag 2014)

J’ai été élève en classe préparatoire au Lycée Albert Schweitzer entre 2012 et 2014, en MPSI puis en MP. Le choix du Lycée Schweitzer s’est offert naturellement à moi, ayant déjà fait mon lycée dans cet établissement. Le lycée était juste à côté de mon domicile, et l’importance de la proximité entre sa prépa et son lit ne doit jamais être négligée ! En effet, la quantité de travail demandée est conséquente, et le fait de pouvoir rester chez soi, au milieu de sa famille et de ses habitudes, tout en ayant plus de temps de repos que la plupart des autres, joue un rôle énorme dans la course d’endurance que représentent les deux années de prépa.

Mes deux années de prépa furent très stimulantes.A force de travail, et grâce aux très bons professeurs, j’ai intégré l’Ensimag, une école spécialisée dans l’informatique et les mathématiques appliquées, où en deuxième année j’ai pris le chemin de l’informatique et des mathématiques appliqués à la finance, quelque chose que j’avais toujours voulu faire. Cette école était mon objectif depuis le début de ma deuxième année de prépa, et je n’aurai pas pu être plus satisfait. Le Lycée Schweitzer est un excellent choix, sautez le pas !

Ramzi (MP*- Supelec 2015)

Après avoir longtemps hésité sur mon choix d’orientation, j’ai finalement choisi d’entrer en MPSI au lycée Albert Schweitzer et c’était mon premier voeu pour une raison de proximité (qui est un luxe en prepa). J’y ai beaucoup apprécié l’ambiance conviviale et la proximité avec les professeurs et certains colleurs. J’ai très bien vécu ma première année et je prenais de plus en plus de goût à travailler les maths et la physique, et mes professeurs y sont pour beaucoup! Après des débuts difficiles en MP*, j’ai choisi de faire 5/2 pour passer les concours dans de meilleures conditions. J’ai réussi à intégrer l’école Centrale-Supélec qui est l’école que je voulais depuis la sup pour sa majeure Énergie. Il est vrai que cette école n’est pas le standard d’intégration du lycée, mais cela dépend vraiment de l’ambition et de l’investissement personnel. Il est important de se mettre en condition dès le début et de toujours chercher à progresser même si on majore des DS.

Alexandre (PC*- Mines de Saint-Etienne 2015)

Après une première année de médecine, j’ai décidé de changer d’orientation et j’ai été accepté au lycée Albert Schweitzer en PCSI. Comparé à la majorité de mes nouveaux camarades de prépa, j’avais déjà vécu une année d’étude supérieure exigeante, ce qui m’a permis d’acquérir une méthode de travail qui me correspond. Je m’en suis plutôt bien sorti lors de ma sup tout en ayant quelques lacunes en maths. J’ai choisi de faire PC du fait de mon intérêt pour la chimie et j’ai été accepté en PC*.

Même si les PC et PC* sont mélangés dans une même classe, celle-ci ne comportait cette année-là que 25 élèves (mais 35 l’année suivante). Cet effectif a vraiment un impact important puisqu’il permet aux professeurs de nous encadrer vraiment individuellement. Par exemple lors de la préparation des concours, les professeurs donnaient des exercices spécifiques à chaque groupe d’élèves en fonction des concours visés. J’ai également beaucoup travaillé de mon côté la physique, pour pouvoir faire la différence sur les concours plus exigeants : j’ai été admissible aux trois concours que j’ai présentés (CCP, Centrale-Supélec et Mines-Ponts). Qu’il s’agisse des révisions pour les oraux ou bien du TIPE (TPE de prépa) j’ai pu bénéficier de toute l’aide nécessaire et même plus. Mes professeurs ont été déterminants quant à mon intégration à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne et je les en remercie.

L’ambiance au lycée Albert Schweitzer est conviviale et j’y ai passé deux très bonnes années, les prépas scientifiques, économiques et littéraires se côtoient quotidiennement. Avec un ami de ma classe nous avons été délégués de l’ACPLAS (association des classes prépas) ce qui nous a permis de nous impliquer encore plus dans la vie du lycée en organisant des évènements, des soirées… Le choix de la proximité en prépa est prépondérant, les professeurs du lycée sont compétents, investis et s’adaptent au niveau des étudiants.

Un lycée pour réussir